Présentation de Battambang

Battambang est la deuxième plus grande ville du Cambodge et la capitale de la province de Battambang, fondée au XIe siècle. C’est l’ancienne capitale de Monton Kmer et elle se trouve au cœur du Nord-Ouest du Cambodge. Jusqu’aux années de guerre, où presque toutes les infrastructures étaient détruites, c’était la principale province rizicole du pays.

Le nom Battambang ou Batdambang, signifie littéralement « perte de bâton » en référence à une légende de la Preah Bat Dambang Kranhoung (Roi Stick Stick Kranhoung). La population compte aujourd’hui environ 250 000 personnes. C’est une ville riveraine, qui abrite certaines des architectures coloniales françaises les mieux conservées du pays.

Jusqu’à récemment, Battambang n’était pas sur la carte pour les voyageurs de la route, mais les installations ont été récemment améliorées et constitue une excellente base pour visiter les temples voisins, tels que Phnom Banon et Wat Ek Phnom, ainsi que les villages fermés.

C’est un hub secondaire sur la route terrestre entre la Thaïlande et le Vietnam, et si la route nationale n ° 6 de Poipet à Siem Reap est améliorée, elle deviendra un hub encore plus petit. Le réseau de charmantes vieilles maisons françaises regroupées le long de la rive est le véritable point fort ici, et il y a un certain nombre de Wats dispersés autour de la ville.

Le petit musée a une collection d’artefacts de l’époque angkorienne, et au-delà de la ville, il y a un certain nombre de temples perchés, encore plus de Wats et un joli grand lac. L’une des collines les plus célèbres est Phnom Sampeau (Ship Hill) avec les grottes de tuer notoires.

Battambang n’a pas cédé la place au mouvement Khmer Rouge après la chute de Phnom Penh, mais il est au centre du conflit Khmer Rouge en cours depuis que l’invasion vietnamienne en 1979 a poussé le régime génocidaire hors de Phnom Penh et à Nord Ouest. Jusqu’à l’accord de reddition de Ieng Sary (numéro trois Khmer Rouge basé à Pailin), Battambang était le fief des Khmers rouges dans la région.

Dans l’histoire antérieure, Battambang faisait des allers-retours entre la Thaïlande (appelée Siam avant leur renom du 20ème siècle) et le Cambodge. Il fait partie de la Thaïlande depuis le 15ème siècle, le Cambodge reprenant le contrôle (plus précisément les Français) en 1907. Les Thaïs l’ont repris, avec l’aide japonaise, en 1941 et ont gardé la région dans leur camp jusqu’au Les années de la Seconde Guerre mondiale en 1947.

Les forces alliées ont aidé à persuader les Thaïlandais que la région faisait à l’origine partie de l’ancien Cambodge et que la communauté mondiale ne prendrait pas avec plaisir les Thaïs qui s’y accrocheraient davantage. Comme le reste du Nord-Ouest, il y a encore beaucoup d’influence thaïlandaise. La monnaie principale reste le baht thaïlandais et de nombreuses personnes peuvent converser en thaï. Mais la région est très khmère, avec d’anciennes ruines khmères dispersées, et même les modes de vie sont beaucoup plus similaires au reste du Cambodge qu’à la Thaïlande.

La ville de Battambang est un endroit paisible et agréable ces jours-ci. Les parties principales de la ville sont situées près de la rivière Sangker, une petite étendue d’eau tranquille qui serpente à travers la province de Battambang. C’est un cadre agréable et pittoresque. Comme pour la majeure partie du Cambodge, l’architecture française est un atout attractif de la ville.

GÉOGRAPHIE de Battambang

La capitale provinciale de Battambang est la deuxième plus grande ville du Cambodge (la population estimée à environ 1/4 million de personnes en 2007). Elle est située dans l’une des plus grandes régions rizicoles d’Asie du Sud-Est. L’altitude moyenne de la province est d’environ 50m. La province est limitrophe au nord avec Banteay Meanchey, à l’ouest avec la Thaïlande, à l’est et au sud avec Pursat et le grand lac Tonle Sap.

La superficie totale du pays est d’environ 11.702 km / km avec environ 67,7 hab / km2. La ville est à la fois sur l’autoroute et le chemin de fer reliant Phnom Penh avec la Thaïlande; après le déclenchement de la guerre civile au Cambodge (1970), la route Battambang-Phnom Penh était une cible privilégiée des insurgés khmers rouges qui, en la capturant, séparèrent Phnom Penh de sa principale source de riz.

===> Les tuk tuks au Cambodge, le guide !

POPULATION

Le recensement de la population en 2007 montre que Battambang est une province densément peuplée avec 511 378 hommes et 525 145 femmes et une population totale de 1 036 523 personnes. La densité de population est de 68 par km 2 , ce qui est légèrement supérieur à la densité nationale de 64 habitants. La population de cette province représente 6,9% de l’ensemble de la population cambodgienne. Le pourcentage de la population féminine représente 51%.

CLIMAT

Le Cambodge a un climat tropical de mousson. Pendant la saison des pluies entre la mi-avril et la mi-octobre, le Mékong se gonfle et retourne dans le Tonlé Sap (Grand lac), ce qui augmente la taille du lac presque trois fois. Entre novembre et avril, les vents sont moins forts et les températures plus élevées (jusqu’à 35 ° C). Informations générales sur le climat :

Saison des pluies: juin – octobre (<31c), saison fraîche : novembre-février (> 26c), saison chaude: Mars – Mai: Température: de 28c -35c

ÉCONOMIE

Le riz de Battambang était la principale exportation du Cambodge, mais les exportations ont fortement chuté après le début de la guerre civile, qui a mis la plupart des plantations de caoutchouc hors service. Cependant, dans les années 1990, des plantations d’hévéas avaient été entreprises dans le cadre d’un programme national de relèvement. Quand on parle de fruites tropicales, l’orange de Battambang est la plus populaire parmi les gens. Jusqu’à récemment, l’insuffisance des moyens de transport entravait l’exploitation des vastes forêts du pays, mais au milieu des années 1990, le bois était devenu la principale source de revenus d’exportation.

L’exploitation des ressources minérales comme les roches phosphatées, le calcaire, les pierres semi-précieuses et le sel soutient d’importantes opérations minières locales. L’inflation était de 1,6% en 2002, alors que les chiffres officiels du chômage s’élevaient à 2,6%. En raison de la fermeture de la Thaïlande, il y a beaucoup d’afflux financiers provenant d’investisseurs étrangers (thaïlandais).

Tripadvisor

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *