Pourquoi l’empire d’Angkor qui était autrefois si glorieux est-il dégradé et oublié de façon aussi rapide et piteuse ?
Les Thaïlandais ont attaqué le Cambodge et détruit Angkor en 1431. Les ouvrages ont été donc laissés vides et oubliés pendant plusieurs siècles. Quand les hommes n’étaient plus présents dans les villes, les pavillons, les temples,etc. les arbres ont envahi ces œuvres à une très grande vitesse. Les forêts n’ont plus été séparées de la vie humaine et ont dominé les temples d’Angkor. Des régiments d’arbres sont venus calmement, après avoir traversé les champs non cultivés, et ont conquéri tout la cité d’Angkor, de palais, pavillons, temples à quartiers, marchés et habitations. Ils n’ont rencontré aucune résistance.

Comment est – il oublié, Angkor?

Les vieux arbres tropicaux grandissaient rapidement grâce au soleil et aux pluies abondantes. Les petits arbres, fleurs et herbes remplissaient les espaces vides laissés. Des villas et des pavillons construits en bois ont été détruits et tombés après quelques saisons pluviales. Les rues ont été effacées par les boues du temps. Les vestiges d’une civilisation de splendeur durant 6 siècles ont été tout annulés de la terre. Tout ce qui restait était des structures en brique et en pierre inertes, mais elles sont aussi couvertes dans plusieurs couches de forêt profonde.
Les envahissements des arbres à Angkor sont méchants comme un catalysme. Les graines transportées par le vent et les oiseaux sont laissées dans les fentes des temples. Les racines trouvaient leur chemin vers le sol, grandissaient rapidement et renversé les roches sur les temples comme à Bayon, ou couvraient les ouvrages comme s’ils étaient des prisons à Ta Prohm.

Comment est – il oublié, Angkor?

A cela s’ajoute les troupes d’animaux sauvages. Les endroits qui étaient autrefois fréquentés par les hommes sont désormais habités par les animaux. Des tigres se baladaient dans les couloirs que des rois avaient traversés. Des perroquets chantaient à côté des fenêtres où des femmes avaient attendu leur mari retourner des batailles. Les singles fréquentaient là où les rues avaient été animées.

Comment est – il oublié, Angkor?

Bienque les Khmers ne soient pas retournés à Angkor pendant 400 ans, la cité restaient toujours dans leur mémoire. Parfois, ils ont raconté encore de ces temples aux étrangers, mais ne recevaient que des doutes.
Après des générations, quelques villageois retournaient dans la région tout près pour faire la pêche dans le Tonlé Sap ou cultiver le long du fleuve. Parfois lors des chasses d’animaux ou des recherches de bois, ils ont été étonnés par les structures étranges cachées sous l’ombre des vieux arbres. Il y avait aussi des moines qui étaient conscients du sacré de l’endroit et qui ont construit de petits pagodes et temples tout près pour pratiquer leur vie spirituelle. Pourtant, ils ne se sont pas intéressés par l’histore ni l’archéologie et vivent isolément. Ils n’ont créé que des légendes sur ce terrain sacré qui avaient, selon eux, été construits par les divinités.

Ces mythes ont été ensuite racontés aux Portugais. Mais cet endroit recevait toujours des doutes comme si l’on parlait des trésors du Roi Solom ou du continent Atlantis navrés sous l’océan.
En 1819, Jean-Pierre Abel-Rémusat a publié le livre « Description du royaume de Cambodge », traduction d’un récit de voyage d’un officier chinois qui a fait réapparaître du néant l’empire khmer. Au début de la conquête de l’Indochine par la France, en 1861, le naturaliste Henri Mouhot, en explorant la région avec l’abbé Sylvestre, a redécouvert les temples d’Angkor Vat puis d’Angkor Thom. Son récit a été ensuite publié dans le Tour du Monde en 1863.

Les historiques ne sont pas encore sûrs sur la raison pour laquelle Angkor est soudainement ruiné entre le XIIIè et XIXè siècle. Mais nous pouvons penser à plusieurs options :

1. Les constructions massives du Roi Jayavarman VII ont dévasté les ressources naturelles du Cambodge. Les pays dépendants ne voulaient plus fournir des fortunes à ce pays.

2. En fin du XIIIè siècle, le Theravada apparait. Il considère le Bouddha comme une personne sage mais aussi normale comme tous les autres êtres humains. Il dit aussi que les solutions pour les problèmes dans la vie doivent être réalisées par chaque personne soi-même et non par les saints. Cette théorie a donc affaibli l’hiérarchie dans la vie sociale et politique des Khmers basée sur le Hindouisme.
Ainsi, les Khmers qui ont déjà subi la pauvreté causée par les guerres, pouvaient en ce moment là être contents d’une vie tout simple sans des temples gigantesques.

3. Face aux attaques des Thaïlandais, l’empire a subi de grandes pertes qui entraînaient le manque du personnel pour assurer les activités agricoles comme l’irrigation. Ainsi, le pays ne pouvait plus nourrir un million d’habitant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.